Près d’une tonne de cocaïne, destinée au marché européen et dont la valeur marchande a été estimée à plus de 40 millions d’euros, a été saisie sur la « nouvelle route africaine », au large des îles Canaries / © AFP / rtbf.be
/

Une tonne de cocaïne saisie au large des îles Canaries

Par Babacar Mbaye

3 mins read

Une tonne de cocaïne a été saisie au large des îles Canaries.

Une cargaison d’une valeur marchande estimée à plus de 40 millions d’euros a été découverte à bord d’un navire croate.

Le voilier battant pavillon voguait à 163 kilomètres à l’ouest de l’île de Palma navigué par trois ressortissants croates.

Ces derniers ont été interceptés au cœur des eaux internationales par la garde civile espagnole avec 980 paquets de drogue soit 980 kilos de cocaïne.

Membres d’une cellule du cartel balkanique spécialisé dans le trafic de drogue sur des yachts et des voiliers, ils empruntaient cette nouvelle route africaine pour délivrer leur fret destiné au marché européen.

Cette interpellation intervenait dans le cadre de l’opération « Falkusa », le voilier a été observé depuis son départ du port croate de Sibenik, début 2020. Au mois d’août, il s’était dirigé des îles Canaries vers le sud pour embarquer la cargaison.

Plusieurs enquêtes de la Garde civile espagnole ont fait état ces derniers temps d’une « présence toujours plus consolidée » en Galice, dans le sud de la péninsule et sur les îles Canaries, de membres des bandes criminelles de l’Albanie, du Monténégro, de la Croatie et de la Bosnie, « responsables de nombre des importations de cocaïne en Europe ».

Depuis les contrôles sanitaires obligatoires mis en place dans les ports sud-américains, les itinéraires des trafiquants ont été détournés vers l’Afrique.

Ils sont obligés de recevoir la drogue au large des côtes du Golfe de Guinée en Afrique de l’Ouest où des trafiquants colombiens et vénézuéliens s’installent durablement. En ouvrant des commerces légaux tels que des pêcheries ou des conserveries leur permettant de disposer de flottilles pour se rendre en haute mer et décharger les cargos au large.

La cocaïne étant stockée sur place grâce à des complicités locales dans l’appareil politique ou militaire, elle est ensuite acheminée par voie aérienne, par voie terrestre aussi, empruntant notamment la bande sahélo-saharienne, qui traverse le nord du Niger, le Mali, le sud de l’Algérie. Puis, la cocaïne retrouve la route du cannabis et la Méditerranée.

Cette zone est décrite comme la nouvelle route maritime africaine du narcotrafic international.

cmbayebabacar128@gmail.com

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Côte d'Ivoire : Henri Konan Bédié investit par le PDCI-RCA

Article suivant

La coordination des étudiants de Saint-Louis (CESL) suspend sa marche pacifique sur Dakar

Latest from Actualités