//

Tabaski : Les « goorgoorlu » éreintés par la cherté du mouton qui varie de 100 000 à 1 million en banlieue

Par Mike

1 min read

« 100 000 francs reste le prix plancher, 150 000 francs le prix moyen, 1 000 000 Francs CFA le prix plafond », renseigne le journal Rewmi. De quoi donner le tournis aux pauvres « goorgoorlu » (crève-la-faim) qui ont encore du mal à trainer le mouton. « J’ai été dans un point de vente, mais impossible d’avoir un mouton à moins de 80 000 francs. Je ne comprends pas une telle situation », explique un client trouvé sur les lieux. « C’est inaccessible pour le moment car trop cher. J’attends encore, peut-être la veille », ajoute-t-il.

Du côté des vendeurs, ce prix élevé serait lié à la cherté des aliments de bétail, sans compter l’eau et la prise en charge des accompagnants.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Mouhamadou Makhtar Cissé loin de la politique : L’ancien directeur de cabinet du Président reprend service à l’Ucad

Article suivant

Plaintes de Waly Seck : Un jeune de Podor entendu par les gendarmes

Latest from Actualités