Seule une révolution populaire peut contraindre Macky Sall

Usmaan Noorëyni Gëy

2 mins read

Macky Sall continuera de mater les opposants aussi longtemps qu’on ne lui oppossera pas une force populaire structurellement constituée. Ce qui s’est passé en mars était conjoncturel. Et il aura fallu que les guides religieux et Ousmane Sonko interviennent pour que la férule du peuple s’estompe malheureusement.

La politique politicienne ne suffira pas pour arrêter l’Etat tsariste de Macky Sall. Les revendications politiques seulement ne peuvent rester fermées sur elles-mêmes.

Nous devons intégrer l’économique et le social. Ce qui implique 2 aspects : l’unité de la classe opprimée (ouvrière d’antan) et la révolution politique. Comme théorisé par Rosa Luxembourg en 1906 dans Grève de masse, nous devons être en mesure de former une force dominante « populaire » en invitant les paysans, les centrales syndicales et les travailleurs à des postures contestataires affirmées. Ils sont de plus en plus opprimés et dépossédés mais ils ne trouvent aucune possibilité pour mener une révolution organisée. Il faut une hégémonie radicale (Laclau & Mouffe). Ce n’est malheureusement pas le cas aujourd’hui.

C’est Guy Marius Sagna qui va au front, tout seul et vulnérable même s’il est craint. Les opposants doivent sortir de leur jacobinisme navrant pour investir le terrain. Les travailleurs aussi doivent faire pareil. Le spontanéisme n’aboutit à rien. La meilleure des révolutions est celle qui joint la lutte politique à la lutte économique.

« Nous ne sommes rien sur terre, si nous ne sommes pas d’abord l’esclave d’une cause, celle des peuples et celle de la justice et de la liberté. » Franz Fanon

#FreeGuyMarius
#paradisnoir

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Zemmour vs Melenchon : mon grain de sel ! (par Usmaan Noorëyni Gëy)

Article suivant

MONTPELLIER, LA FRANÇAFRIQUE À BOUT DE SOUFFLE

Latest from La Palabre

MONTPELLIER, LA FRANÇAFRIQUE À BOUT DE SOUFFLE

𝐒𝐢 𝐥𝐞 𝐬𝐨𝐦𝐦𝐞𝐭 𝐝𝐞 𝐌𝐨𝐧𝐭𝐩𝐞𝐥𝐥𝐢𝐞𝐫 𝐧𝐨𝐮𝐬 𝐞𝐦𝐛𝐚𝐫𝐫𝐚𝐬𝐬𝐞 𝐭𝐚𝐧𝐭, 𝐜’𝐞𝐬𝐭 𝐚𝐮𝐬𝐬𝐢 𝐩𝐚𝐫𝐜𝐞 𝐪𝐮’𝐢𝐥 𝐧𝐨𝐮𝐬 𝐦𝐞𝐭 𝐛𝐫𝐮𝐭𝐚𝐥𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐞𝐧…