Des jeunes filles reviennent de l'école, au Sénégal (image d'illustration). © AFP/SEYLLOU SEYLLOU

Sénégal: mise au point du gouvernement après une vidéo d’élèves étudiant sur des briques

Par Babacar Mbaye

2 mins read

Une vidéo a fait le tour des réseaux sociaux sénégalais montrant des élèves par terre et s’appuyant sur des briques pour écrire. Une vidéo tournée par une enseignante d’une école élémentaire du département de Kolda, en Casamance, dans le sud du pays. Le ministère de l’Éducation dément des rumeurs sur son limogeage.

Des élèves de CP sont assis sur des nattes. Devant chacun, une brique en guise de table. La scène est filmée par une enseignante de l’école du quartier Hafia, à 2 km de Kolda, pour montrer les conditions difficiles dans lesquelles les enfants suivent les cours.

Après la diffusion de la vidéo, devenue virale sur les réseaux sociaux, la rumeur enfle et des collègues s’indignent : son auteure aurait été relevée de ses fonctions. « Faux », répond Mohamed Moustapha Diagne, le porte-parole du ministère de l’Éducation nationale. Aucune sanction n’a été prise à son encontre, assure-t-il, même si selon lui cette vidéo est contraire « à la déontologie ». Il n’est pas permis « de faire des déclarations publiques sans l’autorisation de son supérieur hiérarchique ».

Vidéo envoyée à la diaspora de Kolda

Le directeur de la communication du ministère poursuit : ce n’est pas l’enseignante elle-même qui a fait fuiter la vidéo. « Elle l’avait envoyée à des amis de l’étranger pour demander le soutien de la diaspora originaire de Kolda. »

La salle de classe en question a été construite par la commune, et n’a pas encore été équipée, précise le porte-parole. Le ministère de l’Éducation nationale assure qu’il va « travailler pour mettre des tables-bancs à disposition de cette école »

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Mbougar Sarr sur les accusations LGBT+ : "Mon tribunal, c’est ma conscience"

Article suivant

Pourquoi Macky Sall a supprimé son grand entretien avec la presse

Latest from Actualités