Présidentielle Gambie : les Gambiens dans les starting blocks © africanews JOHN WESSELS/AFP or licensors
/

Présidentielle Gambie : les Gambiens dans les starting blocks

Par Babacar Mbaye

2 mins read

Les Gambiens s’apprêtent à se rendre aux urnes ce 4 décembre, pour élire leur nouveau président.

A l’approche du scrutin, l’excitation se fait sentir dans les rues de Banjul la capitale, pour ce qui va être le premier vote des Gambiens depuis que l’ancien chef d’état Jammeh, au pouvoir pendant 22 ans a laissé sa place à son successeur, l’actuel président sortant le président Adama Barrow.

” Cette élection, c’est autre chose. Je n’ai jamais vu ce genre d’élection ici avant. Celle-ci est très intéressante, les gens sont intéressés. Même la campagne, si vous voyez la campagne, et où les gens font campagne, vous verrez que c’est différent. Tout le monde est libre, c’est pour ça qu’on voit tout le monde dehors, mais avant ce n’était pas comme ça.” a révélé Fatoumatta Bah, secrétaire d’école.

Les questions économiques restent donc les priorités des Gambiens à qui le gouvernement actuel du président Adama Barrow avait promis des emplois, notamment pour les jeunes.

Une promesse qui n’a toujours pas été tenue.

“En 2016, ils nous ont dit que lorsque nous voterions pour eux, ils apporteraient de l’emploi aux jeunes, mais depuis qu’ils sont au pouvoir, nous n’avons vu aucun emploi en Gambie.” a déclaré Abdoulaye Janneh, électricien.

” En ce moment, la base quotidienne est que nous n’avons pas de contrôle des prix ici, tout est élevé, je viens juste [d’arriver] du magasin. Vous ne pouvez même plus prendre 20 dollars pour acheter de la nourriture ici, les choses sont vraiment élevées et difficiles.” a ajouté Maimouna Jeng, une commerçante.

En tête des préoccupations des Gambiens, la volonté que leurs conditions de vie soient améliorées.

A laquelle s’ajoute l’appréhension que l’ancien président Jammeh exilés en Guinée équatoriale depuis janvier 2017, ne réapparaisse sous la pression de ses défenseurs.

Jammeh a également cherché à influencer l’élection, en appelant à s’adresser à des rassemblements de partisans avant le vote de samedi.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Trou d’un milliard et demi : Ça s’embrase à La Poste, le ton monte entre les parties

Article suivant

Une grève des transports, juste et justifiée qui a bien réussi

Latest from Actualités