Hamadou SABALY (Avocat)
/

La désinformation, un variant mortel du Covid

Hamadou SABALY (Avocat)

33 mins read

Le complotisme est une certaine vision du monde

Le monde est dirigé par une poignée de personnes, francs-maçons ou ulliminati. Ces gens sont les seuls à gouverner tous les Etats du monde, peu importe leurs identités, leurs systèmes politiques ou leurs croyances.

C’est ce petit cercle d’individus qui élisent tous les gouvernants du monde entier. Ils ont ainsi instauré un ordre mondial auquel tout le monde est inévitablement soumis.

Toutes les banques du monde, les médias, les organes de gouvernance sont sous leur contrôle.

Quand la défense de leurs intérêts le requière, ils peuvent décider de tuer des millions de personnes dans le monde via des vaccins, guerres, fumée rejetée par les avions (oui oui, un Monsieur m’a dit cela) etc.

Ces privilégiés échappent à tout hasard, à toute force surnaturelle, rien ne les surprend, tous les évènements heureux ou malheureux qui arrivent à l’humanité ont été méthodiquement planifiés par eux dans le seul but de servir leurs intérêts : attentat, maladie, guerre, crise économique, pollution, crise sociale, génocide, etc.

En somme, sans ces méchants gens, le monde serait en paix perpétuelle.

Sans caricature aucune, il existe vraiment des gens qui développent ce mode de pensée. Qui n’en n’a pas déjà rencontré ?

Peu importe le nom qu’on leur donne, cela n’a aucune importance, conspirationnistes, complotistes, etc. Ce phénomène est aussi vieux que le monde. Il est amplifié par les réseaux sociaux permettant à chacun la liberté d’émettre ses opinions et de toucher tout le monde en un temps record.

Aujourd’hui, cette tendance sociologique donne lieu à des études en sciences humaines.

A titre d’exemple, plusieurs théories ont été avancées au gré des événements[1] :

  • personne n’a jamais marché sur la lune ;
  • les attentats terroristes sont planifiés par les Etats ;
  • la terre est plate ;
  • John F Kennedy a été assassiné par la CIA ;
  • Lady Diana aurait a été assassinée sur ordre de la famille royale ;
  • le monde est gouverné par des reptiliens, en gros beaucoup de dirigeants, Barack Obama, Sarkozy sont des extraterrestres ;
  • Michael Jackson et Adolf Hitler ne sont pas morts.

Les contenus médias (articles, vidéos, podcasts) les plus consultés font référence à un complot ou oriente leurs titres en ce sens.

Débat impossible avec les tenants du complotisme ?

Une personne s’effondre de douleur après la crémation d’un proche, décédé du Covid-19, le 25 avril 2021. © Channi Anand/AP

D’emblée, Soyons extrêmement clair, il ne convient pas de s’opposer radicalement aux adeptes d’une telle méthode de raisonnement.

La pensée unique étant dictature, personne ne doit être ostracisé pour ses opinions. D’ailleurs, le complotisme peut avoir son utilité en ce sens qu’il peut forcer les autorités à plus de transparence dans leur gestion.

Je suis naturellement adepte de la discussion, du débat par la conviction ou la persuasion. Autrement, je renonce à ma profession d’avocat qui a pour ADN la contradiction.

Dans un débat avec des gens de bonne foi, on peut toujours arriver à faire des concessions de part et d’autre et surtout à apprendre ou à approfondir ses connaissances.

Tout de même, ce qui doit arbitrer un débat ce sont les éléments factuels hors du pouvoir d’interprétation ou de manipulation des contradicteurs.

Or, un débat est quasi impossible avec les tenants de la vision complotiste radicale sur le monde.

La raison à cela se situe au niveau de la divergence des sources d’informations ou des preuves admises par les deux parties au débat. Un désaccord total sur les faits. Le débat est ainsi privé de ses éléments invariables et objectifs.

Dans un débat, comme en matière de procès judiciaire, si on n’est pas d’accord sur les preuves admissibles, aucun résultat n’est possible.

Le débat devient un dialogue de sourds, les uns accusent les autres d’être des victimes du système, des tenants du discours officiel, des moutons, ces derniers répliquent en les qualifiant de complotistes.

La cause profonde de cette impasse est que les personnes qualifiées de complotistes sont les plus à mêmes de rejeter toute confiance au système de gouvernance, à marquer leur défiance absolue en tout, politique, médias, scientifiques etc.

Le covid n’échappe pas à la puissante machine de désinformation

Plusieurs maladies comme le SIDA sont considérées comme une création volontaire de ce groupe d’individus tout puissants. Gouvernements, laboratoires pharmaceutiques etc.

afro.who.int

Le covid ne pouvait évidemment pas échapper à cette logique de pensée.

En effet, au tout début, le mystérieux mouvement QAnon, indéfectible soutien de Trump a contesté les moyens de lutter contre la pandémie de Covid-19 qui, à leurs yeux, n’est qu’une invention des puissants de ce monde pour asseoir leur pouvoir[2].

Ces complotistes radicaux comptant plusieurs racistes et extrémistes dans leurs rangs ont fait très mal à la lutte contre le covid notamment aux USA et au Brésil où le sulfureux Président Bolsonaro a refusé toute action contre la pandémie, favorisant son expansion mortelle dans son pays[3].

Le covid a donné lieu à toute sortes de conjectures :

  • le covid n’est que pure fiction, le but étant de créer une crise économique, en tout cas il y a anguille sous roche ;
  • Bon d’accord, le covid existe mais a été planifié par la CIA qui l’évoque dans un rapport,
  • d’accord le covid tue, mais il existe d’autres maladies plus mortelles actuellement,
  • de toute façon c’est un petit virus saisonnier,
  • les vaccins n’ont aucun effet ou un effet mortel visant à enrichir les laboratoires ou à réduire la population mondiale selon la volonté de Bill GATES.

Voyez comment à chaque fois, l’angle de remise en cause change. Entre la négation de la réalité du départ et le rejet des vaccins qui ne protègeraient pas de la mort (donc, acceptation implicite de l’existence du virus et surtout de son caractère mortel finalement).

C’est une logique humainement insaisissable. Presqu’un jeu.

Un cousin me dit par exemple qu’il ne croit pas à l’existence du Covid. « Ce sont les blancs qui ont inventé ce virus pour tuer les vieux pour récupérer leurs retraites ou pour créer une crise économique » soutient-il. Comme preuve, il me demande si j’ai vu un cadavre mort de covid. Si je répondais oui, la question subséquente aurait été, as-tu la preuve qu’il est vraiment mort de covid ? Si je disais oui, il aurait sans doute demandé si je peux lui amener le virus afin qu’il l’interroge lui-même.

Au début de la pandémie quand l’Afrique était encore épargnée, certains affirmaient que « ce covid ne tue pas les personnes noires. C’est un truc de blanc ». J’ai été témoin de tels propos dans un groupe WhatsApp regroupant des cadres.

Le complotisme, différent du scepticisme, de la prudence, peint le monde en un tableau totalement sombre. Cette vision seul compte et tous les moyens destinés à la mettre en évidence sont bons à prendre.

Une lecture simpliste du monde et des événements ne laissant aucune place à la pondération, à la finesse d’esprit, à l’analyse logique.

S’il ne s’agissait que de cela, encore heureux. Mais la difficulté de l’affaire réside dans la méthode employée qui s’avère imparable, impossible à combattre intellectuellement.

Au-delà de la manipulation à suffisance des faits, le complotiste rejette toute information qui ne valide pas sa croyance préconçue. Il arrive ainsi qu’un changement de source s’opère. L’exemple du Docteur Raoult est patent à ce titre. Au départ, il a été suivi par plusieurs personnes qui rejetaient l’idée d’une pandémie mortelle sans remède. L’histoire de l’hydroxychloroquine a tenu en haleine le monde entier. Les chinois qui avaient testé cette solution l’ont très tôt abandonnée. Elle n’a pas non plus fait long feu au Sénégal où le Professeur SEYDI l’a testée[4].

Aujourd’hui, le Docteur Raoult n’est plus la star des tenants de ce discours initial depuis qu’il a recommandé le vaccin et particulièrement au personnel soignant. Le Docteur est rejeté non pas sur le plan technique par ceux-là mêmes qui l’adulaient mais sur le plan idéologique car il ne vient plus valider leur idée préconçue.

Cela est parfaitement compréhensible à l’ère si fertile de la post-vérité où les faits n’ont plus aucune importance. Ce qui compte le plus ce sont les opinions et les émotions dont les réseaux sociaux sont le vecteur par excellence.

Comme disait un auteur, « le complotiste ne croit pas ce qu’il voit, mais voit ce qu’il croit ».

Mon propos ne consiste pas à dire que toute personne exprimant son désaccord à la vaccination épouse forcément une théorie conspirationniste. Les adeptes du complotismes n’étant d’ailleurs pas au même degré de radicalité.

Il existe beaucoup de personnes qui se posent des questions totalement légitimes sur les vaccins du genre quel est l’efficacité réelle eu égard aux variants, quelle est la durée d’immunité etc. Ces personnes ne font peur à personne et surtout ne construisent aucune théorie sur du faux.

Examinons un certain nombre d’affirmations fréquemment brandies par les anti vaccins

Les vaccins n’ont pas été testés.

Affirmer cela revient à ignorer les informations fournies par les autorités publiques chargées d’autoriser les vaccins. Hélas, on ne peut rien contre le rejet de ces données.

En effet, en décembre 2020, les fabricants de vaccins ont déposé auprès de l’Agence américaine du médicament une demande d’autorisation d’urgence en vue d’une commercialisation aux USA. Le Royaume Uni avait déjà autorisé le vaccin développé par son laboratoire Pfizer dès le 7 décembre 2020 en urgence. 

L’agence américaine a publié ses délibérations sur l’autorisation des vaccins anti-covid 19. Plusieurs documents de plusieurs centaines de pages exposent tous les paramètres pris en compte, les études, les tests cliniques, effets secondaires etc ayant motivé l’autorisation de mise sur le marché des vaccins.

Ainsi, on peut lire ceci sur un site spécialisé « Dans un souci de transparence sur une procédure aux enjeux multiples, la FDA met en ligne le contenu des délibérations de son comité d’experts (Vaccines and Related Biological Products Advisory Committee, VRBPAC) et les documents et informations qu’elle a pris en compte. La réunion du comité organisée le 10 décembre a pu être suivie par le public sur plusieurs réseaux sociaux. Il s’agissait alors d’examiner les documents et informations fournis par Pfizer concernant le vaccin BNT162b2. Ces documents sont également mis en ligne et accessibles au grand public, qui a été autorisé à envoyer des commentaires et poser des questions aux experts avant la réunion. La plupart des données disponibles ont également été publiées dans le New England Journal of Medicine ». Le contenu des délibérations est accessible en ligne ] ainsi que les tous les documents d’informations exploités.

Ces documents révèlent que le vaccin a été testé, évidemment d’abord sur des animaux (comme toujours), puis sur plus de 40 mille volontaires à partir de juillet 2020 pour Pfizer-BioNTech et Moderna.

D’ailleurs, un tout récent documentaire de la chaîne ARTE intitulé Covid-19, la course aux vaccins fait état des tests réalisés en interrogeant les volontaires. Oh ! une chaîne franco-allemande fait nécessairement partie du complot mondial covid. Donc preuve rejetée me dira-t-on.

Dans ce documentaire, on apprend que :

  • le moderna a eu de la peine à recruter des volontaires au sein de la communauté noire. Ceci étant nécessaire afin d’avoir un échantillon représentatif de la population ;
  • le vaccin chinois a été autorisé avant la fin des tests en raison de l’urgence également ;
  • le vaccin, pourtant prometteur, développé par l’université du Queensland en Australie n’a pas obtenu l’autorisation des autorités de santé en raison du fait qu’il faisait apparaitre de faux positifs au VIH auprès des volontaires. L’’utilisation d’un élément de ce virus dans la composition du vaccin en est l’explication.

Il apparait donc clairement qu’affirmer que les vaccins n’ont pas fait l’objet de tests est une pure invention.

Dire que les autorisations de mise sur le marché ont été accordées en procédure d’urgence, oui.

Dire également que certains vaccins sont en cours d’essais de phase 3, oui. De quoi s’agit-il ?

En effet, après la phase d’expérimentation clinique sur des animaux puis sur des volontaires, il est question de continuer à observer l’efficacité et l’innocuité du vaccin sur plusieurs mois. Les laboratoires avaient bien précisé qu’ils comptaient assurer un suivi sur le long terme de leurs participants. « L’étude permettra de continuer à recueillir des données d’efficacité et de sécurité auprès des participants pendant deux années supplémentaires », pouvait-on lire dans un communiqué de Pfizer, le 18 novembre. Ces éléments ont été précisés par cet article du Monde en date du 8 juillet dernier et qui corrige d’ailleurs le ministre français de la santé qui a affirmé que la phase 3 est terminée. Cette phase permettra également de préciser la durée d’immunité conférée par ces vaccins anti-Covid-19.

Cette phase à long terme se comprend d’autant plus que les autorisations d’utilisation du vaccin en urgence impliquent une surveillance élevée en termes de relevé des effets secondaires d’où toute l’importance des données récoltées sur le terrain.

Convient-il de souligner qu’un médicament est sous surveillance pendant toute sa durée de vie. C’est la pharmacovigilance. Combien de médicaments sont-ils retirés du marché après des années d’utilisation à la suite de signalements d’effets secondaires inacceptables ?

En France, s’agissant des médicaments présentant des risques mortels, une centaine a été interdite à la vente en 60 ans, dans près de la moitié des cas plus de deux ans après le premier décès[9].

Concernant les vaccins, les autorités sanitaires doivent veiller à relever les effets secondaires observés au fil de la vaccination[10]. Cette information n’aura aucun crédit auprès de ceux qui pensent que ces autorités sont toutes et, en tout temps, corrompues car de mèche avec les laboratoires pharmaceutiques.

On se souvient aussi, qu’au mois de mai, plusieurs pays ont dû suspendre le vaccin astraZeneka après l’observation d’effets indésirables[11].

En outre, des informations concernant les discussions internes de l’Agence européenne du médicament sur l’autorisation en urgence du vaccin Pfizer ont été divulguées par des hackers et reprises par la presse. Elles fournissent des révélations intéressantes sur les plan administratif, technique, politique et même géopolitique[12].

Les vaccins ne servent à rien dès lors qu’on peut contracter, transmettre et même mourir du covid.

C’est une pure manipulation.

En réalité, aucune source émanant d’autorités sanitaires ni des labos n’a indiqué que les vaccins en cause garantissent à 100% contre de tels risques. Par contre, des chiffres issus des essais cliniques sont : entre 60 et 90% de protection contre le virus et plus de 90 de réduction du risque de développer les formes graves. Des études terrain sont venus corriger ces chiffres tirés des tests. Ainsi, il a été relevé en Angleterre le variant Delta fait chuter la protection immunitaire à 80% pour les sérums Pfizer/BioNTech et Moderna et à 60% pour AstraZeneca, d’après une étude britannique menée par Public Health England [13]. Ce qui peut logiquement se comprendre puisque que le variant delta se caractérise par sa forte contagiosité.

Plus récemment, le 9 juillet de nouveaux chiffres issus de l’observation des malades révèlent que le vaccin est efficace à 39% pour arrêter la transmission, à 91% pour prévenir des cas graves (ministère de la Santé) [14].

En conséquence, ceux qui pensent que les autorités israéliennes ou anglaises ne sont pas parties à un complot sur les vaccins peuvent logiquement arriver à la conclusion provisoire (aujourd’hui) suivantes : les chiffres sur les risques d’infection et de transmission des vaccinés sont confirmés, mais à la baisse par rapport aux données cliniques. Néanmoins, ce qui reste constant pour l’heure est que les vaccins protègent dans les proportions annoncées contre le risque de mortalité.

Pourtant, les auteurs de cette manipulation sont les premiers à prendre une pilule quand ils sont malades alors même qu’aucun médicament au monde ne garantit un résultat absolu de guérison ni contre tout effet indésirable. Donc, ils font confiance à la probabilité de guérison. De plus, ces personnes s’engagent dans plein de projets gouvernés par des probabilités.

En réalité, sans probabilité, le monde serait invivable. L’humain se nourrit d’espoir.

Attention ! là encore, le but n’est pas de dénier à qui que ce soit la liberté de ne pas se faire vacciner. Je m’efforce simplement de montrer la construction d’une fausse information sur le vaccin.

Il importe d’ailleurs de noter que, comme tout médicament, les vaccins en cause n’ont été autorisés par les autorisés que sur la base d’un rapport bénéfices/risques largement positif.

Cet article intitulé Vaccins contre le Covid : comment la balance bénéfices/risques est-elle établie ? est assez instructif à ce propos[15]. C’est sur la base de l’examen de cette balance des bénéfices/risques que la France a décidé de ne pas administrer le vaccin AstraZeneca aux jeunes. En effet, il apparait que la balance « penche très clairement du côté des bénéfices pour les 60-69 ans, mais qui paraît beaucoup plus équilibrée pour les plus jeunes ».

Le rejet des vaccins à cause des gains injustes générés par les laboratoires pharmaceutiques

Il s’agit d’un raccourci consistant à lier des sujets qui ne sont pas forcément connexes. En effet, on peut légitimement discuter du lobbyisme des laboratoires pour vendre leurs médicaments, de monnayer notre santé afin de voir comment renforcer la transparence sans nécessairement les accuser sans preuves d’avoir la volonté d’inoculer volontairement des maladies à la population mondiale avec la complicité de l’ensemble des autorités publiques, des scientifiques et des médias.

Ce même raisonnement consistant à lier le business et la suspicion de commission de crimes par intérêt pécunier peut être s’appliqué à plusieurs métiers dont le chiffre d’affaires est lié à des évènements malheureux. Le vendeur de cercueils a-t-il intérêt à ce qu’il ait plus de morts, oui on pourrait le penser. Cela suffit-il pour l’accuser de causer volontairement la mort sans preuves solides ? Non.

Les vaccins à base d’ARN messager vont modifier notre ADN

Ceci est une fausse information démentie quasi unanimement par les spécialistes de la question[16]. Il est expliqué que notre organisme possède « des millions d’années d’expérience. Notre corps est affecté en permanence par des virus, des bactéries, et il y a de l’ARN messager partout dans ces virus. Ils infectent votre corps et vous donnent leur ARN. Ça n’affecte pas votre ADN pour autant » La technique de l’ARN messager est très clairement expliquée[17]. De plus, l’utilisation de l’ARN messager n’est pas une nouveauté ; « Le vaccin ROR, rougeole, oreillons, rubéole, fonctionne avec des virus à ARN atténué »[18].

Les spécialistes expliquent que l’un des avantages de cette technique est de permettre une rapidité de production et que son inconvénient est les conditions de transport à -80°C, et de conservation à 4°C dans un frigidaire pendant cinq jours.

Appel à la responsabilité individuelle

Pour finir, disons oui aux questions sur les vaccins mais non à l’infox car cela est susceptible de TUER.

Oui le complotisme peut d’abord faire tuer des agents de santé. Rappelons-nous en 2014, le lynchage à mort de 7 agents sanitaires des journalistes et des officiels en Guinée qui ont commis le crime d’aller sensibiliser dans un village sur l’épidémie Ebola. La population avait cru à de fausses informations selon lesquelles ce sont les blancs et le gouvernement guinéen qui contaminent et tuent les gens. Des SMS avaient circulé en ce sens[19].

Ensuite, la désinformation peut convaincre de pauvres gens, peut-être même à risque, à ne pas se faire vacciner. Le pire c’est que les complotistes se plaisent à saper la solution vaccinale sans proposer de remède. Leur seule satisfaction est la poursuite de leur plaisir égoïste.

Or, à ce jour, il n’existe pas le moindre indice que les vaccins tuent ou, à tout le moins, à une proportion inacceptable. En revanche, le caractère mortel du covid ne fait plus aucun doute. Le fait que le vaccin sauve de la mort ne fait pas non plus de doute pour ceux qui veulent bien le voir. Il n’existe pas de remède alternatif plus avantageux.

Dès lors, la conclusion coule de source.

Je supplie les auteurs de la manipulation informationnelle en vogue sur les vaccins de penser aux personnes à risque, à leurs familles. Votre jeunesse ou votre bonne santé ne doit pas vous donner le droit de priver les gens de soins susceptibles de les sauver.

Il ne s’agit pas d’un jeu-là, mais de personnes qui meurent dans des conditions atroces.

Eu égard à ce risque mortel, il appartient à chaque personne, qui s’adonne derrière son clavier à fabriquer ou relayer de fausses informations, de porter sur la conscience la responsabilité d’une potentielle mort d’un ou de plusieurs êtres humains.

 

 

 

[1] https://www.cnews.fr/monde/2020-06-01/les-8-theories-du-complot-les-plus-connues-772478

[2] https://savoirs.rfi.fr/fr/comprendre-enrichir/histoire/qanon-la-mouvance-conspirationniste-qui-soutient-donald-trump

https://www.rfi.fr/fr/science/20201114-la-fabrique-complotisme

 

[3] https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-jair-bolsonaro-ne-veut-pas-voir-la-realite-en-face_3935571.html

[4] https://www.rfi.fr/fr/afrique/20200502-coronavirus-une-%C3%A9tude-s%C3%A9n%C3%A9gal-confirme-l-efficacit%C3%A9-l-hydroxychloroquine

[5] https://www.mesvaccins.net/web/news/16795-l-agence-americaine-du-medicament-rend-publiques-ses-deliberations-sur-l-autorisation-des-vaccins-anti-covid-19

[6] https://www.fda.gov/media/144246/download

[7] https://www.fda.gov/advisory-committees/advisory-committee-calendar/vaccines-and-related-biological-products-advisory-committee-december-10-2020-meeting-announcement#event-materials

[8] https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/07/08/covid-19-les-essais-de-phase-3-des-vaccins-sont-ils-termines-depuis-des-mois-comme-l-affirme-olivier-veran_6087580_4355770.html

[9] https://www.lepoint.fr/editos-du-point/anne-jeanblanc/medicaments-dangereux-il-faut-10-ans-pour-les-retirer-du-marche-03-04-2017-2116812_57.php

[10]https://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-nord/etats-unis-ce-que-l-on-sait-des-problemes-cardiaques-signales-chez-de-jeunes-vaccines_2151497.html

[11] https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/chimie-pharmacie/covid-les-pays-bas-quatrieme-pays-europeen-a-suspendre-le-vaccin-d-astrazeneca-879984.html

[12] https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/01/16/vaccins-ce-que-disent-les-documents-voles-a-l-agence-europeenne-des-medicaments_6066502_3244.html

[13] https://www.lci.fr/sante/video-covid-19-variant-delta-ce-que-disent-les-chiffres-sur-l-efficacite-de-la-vaccination-2189987.html

[14] https://www.i24news.tv/fr/actu/israel/1626976085-israel-covid-le-vaccin-efficace-qu-a-39-pour-arreter-la-transmission-a-91-pour-prevenir-des-cas-graves-ministere-de-la-sante

[15] https://www.lesechos.fr/industrie-services/pharmacie-sante/vaccins-contre-le-covid-comment-la-balance-beneficesrisques-est-elle-etablie-1307151

[16] https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1766046/decrypteurs-vaccin-arn-modifie-arn-pfizer-biontech-therapie-genique-alexandra-henrion-caude-vih-2-7-cdc

[17] https://www.inserm.fr/c-est-quoi/secret-fabrication-c-est-quoi-arn-messager-%F0%9F%93%83-%F0%9F%8F%AD/

[18] https://www.franceinter.fr/societe/vaccins-utiliser-l-arn-messager-n-est-pas-nouveau-c-est-savoir-le-fabriquer-qui-est-nouveau

[19] https://observers.france24.com/fr/20140919-tuerie-wome-equipe-anti-ebola-guinee-rescapee-temoignage-nzerekore

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/09/18/97001-20140918FILWWW00428-ebolaguinee-7-personnes-tuees-par-des-villageois-lors-d-une-mission-de-sensibilisation.php

 

 

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

En Tunisie, la vaccination contre le Covid-19 prend de l'ampleur

Article suivant

Covid-19 : L’église exige de nouvelles règles pour les inhumations

Latest from Coronavirus