La Commission vérité et réconciliation recommande des poursuites contre Jammeh / iGFM

La Commission vérité et réconciliation recommande des poursuites contre Jammeh

Par Babacar Mbaye

4 mins read

La Commission vérité, réconciliation et réparations (TRCC), qui a enquêté en Gambie sur les crimes présumés commis durant les 22 ans de pouvoir de Yahya Jammeh, recommande des poursuites judiciaires contre l’ex-dictateur devant un tribunal international, dans un rapport publié ce vendredi 24 décembre 2021 à Banjul.

La Commission « recommande la poursuite de Yahya Jammeh et de ses complices devant un tribunal international, dans un pays d’Afrique de l’Ouest autre que la Gambie, sous l’égide de la Communauté économique des États ouest-africains (Cédéao) et ou de l’Union africaine », notamment pour « meurtres, détentions arbitraires, disparitions ».

Car, selon son rapport, « durant une période de 22 ans, à partir du 22 juillet 1994 », soit dès sa prise de pouvoir, « Yahya Jammeh et ses collègues (membres de l’APRC, le parti présidentiel) et d’autres co-auteurs ont perpétré de graves crimes en Gambie ».

Le ministre gambien de la Justice, Dawdu Jallow, qui présentait le rapport, a même précisé que le Sénégal avait encore à disposition « l’infrastructure nécessaire qui avait jugé Hissène Habré », ancien chef de l’État tchadien condamné à la prison à vie en 2016 par une juridiction africaine pour crimes contre l’humanité, viols, exécutions, esclavage et enlèvement, avant de décéder du Covid-19 en août dernier.

Le Ghana, concerné par une partie de l’affaire, est présenté comme une « autre option ». Le rapport, qui propose encore la Sierra Leone, est réparti en 17 volumes. Il avait été remis le 25 novembre dernier à l’actuel président gambien, Adama Barrow, par la Commission qui n’avait, alors, pas publié son contenu. Créée en 2017, la Commission a entendu, entre janvier 2019 et mai 2021, quelque 393 témoins.

La TRCC parle d’assassinats, d’actes de tortures, de disparitions forcées, de viols et castrations, d’arrestations arbitraires, de chasses aux sorcières, d’administration contrainte d’un faux traitement contre le sida. Entre 240 et 250 personnes sont mortes entre les mains de l’État et de ses agents, selon la Commission vérité et réconciliation.

« Après les puissants témoignages publics (des victimes) devant la TRRC qui ont profondément touché les Gambiens, il va y avoir beaucoup de pressions en Gambie et à l’étranger, pour que justice soit faite sans tarder pour les victimes qui ont déjà attendus cinq ans et parfois, plus longtemps », explique Reed Brody, un avocat américain engagé aux côtés des victimes.

« La Commission a cité nommément Yahya Jammeh dans des meurtres, par exemple de 50 migrants ouest-africains : des Nigérians, Sénégalais, Ghanéens ; cité Yahya Jammeh comme responsable du viol de Toufah Jallow, l’ancienne Miss Gambie, ainsi que de violences sexuelles contre deux autres femmes. Elle a cité Yahya Jammeh comme responsable pour l’assassinat du journaliste Deyda Hydara. Donc vraiment, c’est un rapport sans appel dans lequel la Commission présente toutes les preuves qui indiquent cette responsabilité ; suggère même le genre de tribunal pour le juger. Je crois que maintenant, il y aura beaucoup de pressions en Gambie et à l’international pour que le gouvernement aille de l’avant. Donc, je ne serai pas surpris que Yahya Jammeh doive faire face à ses victimes dans les années qui suivent »

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Train express régional : L’exploitation assurée par la Sncf

Article suivant

Projet de loi sur l'homosexualité : la position de la majorité parlementaire !

Latest from Actualités