Une rue inondée dans le quartier de Thiaroye à Dakar le 9 octobre 2008. Bineta Diagne

Inondations-Sénégal : Les zones à risques bientôt répertoriées et disponibles sur un portail web

Par Babacar Mbaye

4 mins read
La première phase du Projet de Gestion Intégrée des Inondations au Sénégal (PGIIS) a démarré ce mardi en présence du ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Serigne Mbaye Thiam. Elle vise l’amélioration de la connaissance du risque d’inondation à travers la conception d’une cartographie détaillée de 7 zones pilotes.
 
Financé à hauteur de 15 millions d’euros (10 milliards de Fcfa) par le Fonds Vert Climat (FVC) et l’Agence Française de Développement (AFD), le PGIIS entre dans sa phase opérationnelle. Articulé autour de 4 axes, la première composante de ce projet a pour objectif d’améliorer la connaissance du risque d’inondation. Pour ce faire, un système d’information géographique (SIG) va être conçu. Le SIG est outil d’information établi pour recueillir, stocker, traiter, analyser, gérer et présenter tous les types de données spatiales et géographiques. « Nous allons avoir un modèle numérique de terrain (MNT) sur le territoire national qui va permettre d’identifier les bassins versants, les zones d’écoulement d’eau, les temps de submersion », déclare le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Serigne Mbaye Thiam lors de l’atelier de lancement du projet.
 
Pour la réalisation de cette cartographie, le ministère s’est doté du Modèle numérique terrestre (MNT)  Lidar ayant une précision estimée à 10 cm et présenté comme : « le plus fin et le plus précis disponible sur le marché mondial issu de l’industrie satellitaire ». Pour cette première, le MNT Lidar va être déployé dans 7 zones pilotes. « L’une des zones prioritaires sera le triangle Dakar-Thiès-Mbour et les 6 autres zones seront définies à partir du premier MNT », explique Serigne Mbaye Thiam.
Ces données collectées comptent être mises à la disposition de tous les acteurs institutionnels mais aussi au grand public notamment avec la création d’un portail web. « Une personne désireuse de s’installer dans un endroit pourra interroger cette base de donnée et savoir le comportement des inondations sur la zone », renchérit le ministre de l’Eau et de l’assainissement.
 
Pour mener à bien cette première composante, le choix du ministère s’est porté, à l’issue d’un appel d’offre international, sur un cabinet spécialisé dans le système d’information géographique et un second qui s’active dans la gestion des inondations.
 
Le Projet de Gestion Intégrée des inondations au Sénégal (PGIIS) devrait s’étendre sur 30 mois (achèvement prévu en 2024). Outre l’amélioration de la connaissance du risque d’inondation, les 3 autres composantes de ce projet sont : La réduction de la vulnérabilité des territoires au risque d’inondation, la Prévention du risque d’inondation et Composante et le renforcement de la gouvernance du risque d’inondation.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Les juges décrètent une semaine de grève

Article suivant

Trafic de passeports diplomatiques à l’Assemblée : L’immunité parlementaire des deux députés de l’Apr levée

Latest from Actualités