Indemnité mensuelle aux chefs de village / L'actualité du Saloum
/

Indemnité mensuelle aux chefs de village : Macky Sall à l’heure du leurre électoral !

Par Babacar Mbaye (Avec Senenews)

8 mins read

Pan important de l’administration, même si leur rôle  est souvent sous-évalué, les chefs de villages viennent de bénéficier d’une décision intéressante de la  part du chef de l’Etat. En effet, le président Macky Sall a annoncé qu’il leur sera alloué une indemnité mensuelle de 50 000 FCFA. Quand bien même elle  est salutaire, ce geste du président de la République n’en est pas moins un de purement électoraliste. Cela rappelle d’ailleurs les privilèges que son prédécesseur avait accordés à la même catégorie, à la fin de son mandat en 2011. Preuve qu’il s’agit d’une mesure électoraliste, le président Sall qui avait retiré ses privilèges aux chefs de village change de fusil d’épaule aujourd’hui en faisant part de sa décision d’octroyer l’indemnité mensuelle dès le mois prochain.

Il n’y a plus besoin de démontrer que Macky Sall fait du Wade sans Wade. Dans tous ces faits et gestes, l’ancien dauphin et successeur de son mentor copie ce dernier de façon surréaliste, qu’il s’agisse des grandes politiques d’orientation des différents secteurs de la vie économique ou simplement des subterfuges aux relents politiciens et électoralistes. Cela est d’autant plus flagrant que, ces privilèges accordés aux chefs de villages, qui sont au demeurant très mérités compte tenu de l’énorme travail que ces derniers font au niveau le plus bas du pyramide, ont été rejetés par Macky Sall lui-même dès son arrivée au pouvoir.

Qui ne se rappelle pas qu’avant sa chute, Wade avait complétement gâté ces représentants de l’Etat au niveau des villages? Qui ne se souvient pas que lors de sa rencontre avec près de 3 000 chefs de villages, le 19 juillet 2011, le président Wade avait décidé de leur octroyer un statut, une indemnité financière de 50 à 70 000 F Cfa, une carte professionnelle et des décorations? Mieux, Wade était allé plus loin en adoptant, lors du conseil des ministres du 29 septembre 2011, le projet de décret fixant le statut et les émoluments des chefs de village. Quoique salutaire, cette mesure avait des soubassements purement politiques et électoralistes et sont intervenues au moment où le défunt régime était assailli de partout et voyait son image entamée et sa légitimité contestée. Malgré les voitures accordées à ces agents de l’administration locale, le président libéral n’a pas pu empêcher sa défaite en 2012.

Décidé de faire une « Dé-Wadisation », Macky Sall a dès son accès à  la  magistrature suprême choisi de ramer à  contre-courant de tout ce que Wade avait adopté comme politique et mesures. C’est ainsi qu’il se débarrassera d’importantes institutions et prendra des décisions fortes pour recouvrer les biens publics indument octroyés aux souteneurs du régime d’alors. C’est ainsi qu’il lancera la traque aux biens mal acquis, et c’est ainsi qu’il va retirer aux chefs de villages tous les véhicules octroyés par Wade en 2012. A deux ans de la présidentielle, lors de son allocution à la veille de la fête de l’indépendance en 2017, Sall annonçait sa volonté de traiter les chefs de village à leur juste valeur: “dans le même esprit de développement solidaire et inclusif, j’ai demandé au gouvernement d’étudier les conditions de rémunération des chefs de village, qui, en tant que relais indispensable de l’administration, exercent une mission de service public, souvent à leur propre charge.”

Cette annonce de Macky Sall, à quelques encablures de la  présidentielle  de 2019, avait tout l’air d’une stratégie pour entrer dans les grâces des chefs de village et fut dénoncée par l’opposition d’alors. Le libéral Babacar Gaye, alors porte-parole du parti démocratique sénégalais, avait critiqué cette façon de faire du Chef de l’Etat qi « ravale son vomi » en décidant de « copier »  Wade sur ce  plan bien précis. « «Le président Macky Sall est en train de faire de la politique politicienne sur la misère du peuple et des chefs de village » dira-t-il avant de conclure que « ce reniement prouve aux chefs de village que le président Wade voulait leur donner un statut digne de ce nom que le président Sall leur avait retiré. Maintenant les chefs de village doivent comprendre qu’il cherche à les corrompre ».

Si elle n’était justifiée que par le souci de donner plus de forme à leurs fonctions,  la mesure annoncée hier, lors d’un conseil présidentiel à Matam, concernant l’indemnité mensuelle des chefs de village dès le mois de juillet, devrait être accueillie avec beaucoup de bonheur. Celui qui représente le chef de l’Etat et l’administration dans son ressort territorial doit tout naturellement cesser d’être  un quidam. Des privilèges et un traitement de faveur à leur endroit  ne sont qu’une bonne chose tant qu’ils interviennent sans attente de gains politiques en retour. Mais comme Wade en 2011, le président Sall est en train de « jouer le jeu » avec ces vaillants hommes et femmes sans qui la cohésion sociale au niveau local n’aurait pas existé. Accorder un statut aux chefs de village serait donc miser sur un processus bottom-up qui est de loin plus inclusif que celui dit top-down puisque les villageois seront au centre et à l’origine de plusieurs mesures qui leur seront destinées.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Etat de la pelouse du stade de Thiès : Cheikh Kouyaté en rajoute une couche : « s’ils ne peuvent pas le faire, qu’ils nous le disent à nous les joueurs, on va se cotiser pour régler le problème »

Article suivant

La maison paternelle attaquée à Ndouloumadji : Macky Sall réagit

Latest from Actualités