Hausse des prix des denrées sur le marché : Le gouvernement contrôle-t-il réellement la situation ? / Afrik.com

Hausse des prix des denrées sur le marché : Le gouvernement contrôle-t-il réellement la situation ?

Par Babacar Mbaye

3 mins read

C’est l’anarchie des prix sur le marché sénégalais. Les coûts des denrées de première nécessité ont connu une hausse pratiquement insoutenable malgré la décision de baisser les prix des denrées de première nécessité, prise le 24 février 2022 le président de la République. Une situation qui a poussé Macky Sall à mettre la pression au gouvernement. Il a demandé, mercredi en Conseil des ministres, à son gouvernement à prendre toutes les dispositions pour faire respecter les prix officiellement que lui-même a fixés.

« Dans le contexte du Ramadan et du Carême , le Chef de l’Etat demande, au Ministre du Commerce et des Petites et Moyennes Entreprises, de prendre toutes les dispositions pour un approvisionnement normal des marchés en denrées et produits de première nécessité, selon les prix officiellement fixés », peut-on lire dans le communiqué du Conseil des ministres.
Le président Macky Sall avait pris, le 24 février 2022, la décision de baisser les prix des denrées de première nécessité, afin de soulager durablement les ménages sénégalais face à la hausse des prix. Le litre d’huile de 1 200 FCFA se vend désormais 1 100 FCFA, soit une baisse de 100 FCFA par litre. Le riz brisé non parfumé de 15.000 FCFA le sac de 50 kg à 13.750 FCFA, soit une baisse de 25 FCFA par Kg, et le sucre de 625 FCFA est fixé à 600 FCFA, soit 25 FCFA/Kg.

Mais la réalité est toute autre sur le marché, les consommateurs se plaignent de la cherté des prix des denrées de première nécessité. À cela s’ajoute, une pénurie de gaz butane. Celle-ci est imputée par es acteurs du secteur de la distribution, à l’opérateur français, TOTAL. Selon le Secrétaire général de l’Association des gérants de stations service, Ibrahima Fall, il n’y a pas de pénurie du tout, bien au contraire, il y a même de la réserve. Le gaz est là. Mais le problème, d’après lui, c’est que les bouteilles de gaz butane sont interchangeables entre les différents distributeurs. Ce système d’interchangeabilité est aussi accompagné d’un autre accord entre concurrents qui permet d’échanger les bouteilles, une fois qu’ils sont dans leurs centres de remplissage. Selon les acteurs, Total ne respecte pas les accords convenus avec ses concurrents.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Passeports diplomatiques : le procès encore renvoyé

Article suivant

Médina : Bamba Fall et Cheikh Ba se réconcilient

Latest from Actualités