Dieyna Baldé - Justice / Buzzsenegal
/

Dieyna Balde écope de 6 mois de prison avec sursis

Par Babacar Mbaye

5 mins read

La jeune chanteuse, Dieyna Baldé et Cie ont été fixés sur leur sort par le président du tribunal des flagrants délits de Dakar. Attraits à la barre de ladite juridiction, ils ont été déclarés coupables des délits de vol commis la nuit, de collecte illicite et menace de diffusion de données à caractère personnel. Toutefois, ils ont été relaxés pour les délits de tentative d’extorsion de fonds, d’accès et maintien frauduleux dans un système informatique. Pour la répression, ils ont écopé de six mois de prison avec sursis.

Pour rappel, lors de l’audience, Dieyna Baldé avait confié au juge avoir agi sous le coup de la jalousie. « On ne cessait de me dire que mon mec me trompait. Et pour en avoir le cœur net, j’ai attendu la nuit plus exactement à l’aube pour lui prendre son téléphone. Je dois préciser que mon intention était juste de trouver des preuves que Bril me trompe », a-t-elle dit. Avant de poursuivre : « comme j’avais déjà les accès, j’ai ouvert le téléphone et pris des captures d’écran. Je dois également préciser que je n’ai envoyé les images à personne d’autre qu’à moi. Je l’ai fait par simple jalousie et je suis prête à demander publiquement pardon à Bril ».

Entendu à la suite de sa petite sœur, Aly a dit que son rôle dans cette affaire est de conseiller sa sœur. « Quand je suis au courant de l’affaire, j’ai appelé Dieyna pour parler avec elle parce que je n’étais même pas à Dakar au moment des faits. Je lui disais de faire attention à ce monsieur parce qu’il maraboute toujours les filles avec qui il sort afin qu’elles lui donnent de l’argent, entre autres, bien », a déclaré Aly selon qui, il n’a jamais conseillé à Dieyna de voler le téléphone. « J’aime ma sœur et jamais je ne la conseillerais de faire des choses qui pourraient porter préjudice à quelqu’un », a-t-il aussi indiqué. Même tonalité chez Moustapha Bâ qui s’étonne du fait que son nom soit cité dans cette affaire.

Prenant la parole à la suite des mis en cause, le plaignant a renseigné que c’est lorsqu’il s’est réveillé le matin qu’il a constaté que son téléphone avait disparu. Sur ce, dit-il, Dieynaba lui a suggéré de porter plainte et c’est d’ailleurs elle-même qui l’a accompagnée à la brigade. « Je ne savais pas qu’elle était derrière tout cela. Pour les autres, ils m’ont contacté pour me dire qu’ils ont mon téléphone et mes données. Ils disaient avoir 27 captures de mes données et qu’ils vont me détruire si je n’arrête pas ma relation avec Dieyna. Ils ne m’ont jamais réclamé de l’argent. Je dois aussi dire que les photos n’ont aucun caractère sexuel », a-t-il soutenu. Toutefois, il a confié au tribunal avoir pardonné à Dieyna. Avant de révéler : « je soupçonnais aussi Dieyna d’infidélité. Parce qu’on m’a dit beaucoup de choses sur elle. On m’a dit que des ministres et autres courent derrière elle. Malgré tout, je l’aide en lui faisant des vidéos, des sons, etc. ». Prenant la parole pour faire ses réquisitions, le maître des poursuites a requis l’application de la loi. Les avocats de la partie civile ont plaidé l’apaisement. Quant à la défense, elle avait plaidé pour le renvoi des fins de la poursuite.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Cas de la Guinée : Un message fort pour tous les dirigeants africains (ADHA)

Article suivant

Covid-19 : "Les anti-vaccins sont des criminels" (Prof' Seydi)

Latest from Actualités