Awa Thiam coordinatrice plateforme Ma beug sama réw / Youtube
/

Avortement médicalisé au Sénégal : “Ma beug sama réw” prend le contre-pied de Jamra…

Par Babacar Mbaye

3 mins read

Les femmes victimes de viol et d’inceste ne bénéficient d’aucun soutien financier ou moral“, souligne Awa Thiam. Une réponse de la présidente de “Ma beug sama réw” à l’Ong Jamra et ses alliés qui ont porté la réplique aux organisations féministes qui manœuvrent pour la légalisation de l’avortement au Sénégal.

Certaines croupissent parfois en prison pour infanticide. Nous sommes dans un pays laïc où on ne peut obliger une femme victime de viol suivi de grossesse à garder un enfant dont elle ne veut pas. Elles ont le droit de disposer de leur corps, beaucoup de jeunes filles ont vu leur vie basculer à cause d une grossesse non désirée. Donc oui à l avortement médicalisé. Mame Mactar (…) vous ne pouvez pas comprendre ce que ressentent ces femmes, surtout quand c’est suivi d’une grossesse“, souligne Awa Thiam.

Avant de poursuivre : “Si vous me parlez de l’islam, je vous répondrai par cette question : Que dit l’islam du violeur ? Est-ce la charia qui est appliquée au Sénégal ? Et le jour où vous militerez pour la castration des violeurs, alors là vous aurez le droit de demander à ces femmes de garder cette grossesse même si vous n’en avez pas le droit. Jamra, je vous rappelle que les femmes de mœurs légères n’ont de problèmes de grossesses non désirées ou d’ avortements, elles savent comment s’en sortir. Encore une fois, oui à l’avortement médicalisé“.

Ces femmes ont le droit de disposer de leur corps. Et vous n’avez pas le droit d’imposer à une mineure et une femme de garder une grossesse conçue lors d’un viol. En plus, aucun d’entre vous ne va prendre en charge la grossesse, ni l’enfant“, selon Awa Thiam.

Les protocoles brandis par les féministes sénégalaises, en total déphasage avec les croyances culturelles et religieuses de l’écrasante majorité des croyants de ce pays, ne seront jamais appliqués, dans ce pays béni où reposent Cheikh Oumar Foutiyou, Bamba, Maodo, Baye Niasse et Baye Laye, etc“, dénonçait, pour sa part, l’Ong islamique JAMRA.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Trafic de visas: Diadji Condé mis à la disposition du procureur

Article suivant

Building : Tous les ministères délogés

Latest from Actualités