Des Égyptiens pèsent un mouton sur une balance avant de l'acheter à Qanater al-Khayreya, au nord du Caire, le 15 juillet 2021 / Africanews
/

Aïd el-Adha : peu de vente de moutons cette année en Egypte

Par Babacar Mbaye

3 mins read

En Egypte, les vendeurs de moutons ou de vaches n’attirent pas les foules. À quelques jours de la fête musulmane de l’Aïd el-Adha, ils sont d’ordinaire habitués à une forte affluence des familles venues acheter l’animal a sacrifier. Malgré un nombre important d’animaux disponibles sur le marché, la pandémie de coronavirus ajouté au prix d’un mouton a quelque peu changé les habitudes des clients.

“L’affluence de cette année est relativement faible par rapport à l’année précédente, notamment à cause du covid et de la flambée des prix par rapport à ceux de l’année dernière, ce qui a entraîné une baisse de la participation”, explique Ahmed Abdul Rahman, un acheteur.

Pour Hany Kamel, éleveur de bétail, le fait du grand nombre de moutons sur le marché s’explique autrement_. “L’annulation du pèlerinage cette année et la réduction du nombre de pèlerins ont entraîné une baisse des exportations consacrées au rituel du sacrifice. Pendant ce temps, ceux qui voulaient aller faire le Hajj mais n’ont pas pu ont dépensé plus pour l’Aïd.”_

Cette année, 96 500 vaches et 70 000 moutons ont été importés en Egypte, en préparation pour l’Aïd el-Adha. Le pays avait également l’habitude d’exporter du bétail en Arabie Saoudite. Mais le royaume a décidé de ne pas importer d’animaux à sacrifier cette année pour le pèlerinage.

Pour Saeed Desouky, le directeur général de la production au ministère égyptien de l’Agriculture, le prix d’un mouton reste élevé. “Cela n’est pas dû à un manque d’offre sur le marché, mais malheureusement, les coûts de production payés par les éleveurs ont augmenté à cause de la pandémie de Covid-19, qui a causé quelques problèmes dans l’importation de maïs et de fourrage en général, ce qui a entraîné une fluctuation des prix.”

Tout comme l’année dernière, l’Arabie Saoudite a réduit drastiquement le nombre de fidèles autorisés à faire le pèlerinage à la Mecque. Pendant le Hajj, les pèlerins sacrifient un mouton lors du premier jour de l’Aïd el-Adha.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Covid : « Personne ne peut empêcher les gens… », Alioune Tine rappelle à Macky Sall

Article suivant

Insécurité : Les dakarois traumatisés par les nouvelles formes d’agressions

Latest from Actualités