𝐋𝐚 𝐠𝐞𝐬𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐯𝐞𝐫𝐭𝐮𝐞𝐮𝐬𝐞 𝐝𝐞 𝐧𝐨𝐭𝐫𝐞 𝐩𝐚𝐲𝐬 𝐜𝐨𝐦𝐦𝐞𝐧𝐜𝐞𝐫𝐚 𝐩𝐚𝐫 𝐮𝐧𝐞 𝐠𝐞𝐬𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐯𝐞𝐫𝐭𝐮𝐞𝐮𝐬𝐞 𝐝𝐞 𝐧𝐨𝐭𝐫𝐞 𝐀𝐬𝐬𝐞𝐦𝐛𝐥𝐞́𝐞 𝐧𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧𝐚𝐥𝐞 / Dakarmatin
/

𝐋𝐚 𝐠𝐞𝐬𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐯𝐞𝐫𝐭𝐮𝐞𝐮𝐬𝐞 𝐝𝐞 𝐧𝐨𝐭𝐫𝐞 𝐩𝐚𝐲𝐬 𝐜𝐨𝐦𝐦𝐞𝐧𝐜𝐞𝐫𝐚 𝐩𝐚𝐫 𝐮𝐧𝐞 𝐠𝐞𝐬𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐯𝐞𝐫𝐭𝐮𝐞𝐮𝐬𝐞 𝐝𝐞 𝐧𝐨𝐭𝐫𝐞 𝐀𝐬𝐬𝐞𝐦𝐛𝐥𝐞́𝐞 𝐧𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧𝐚𝐥𝐞

Par Babacar Mbaye

3 mins read

L’un des premiers chantiers de la prochaine législature devra être la lutte systématique contre la gabegie. Nos parlementaires devront agir pour changer les choses et ce, en commençant par l’Assemblée nationale. Les députés de la nouvelle majorité (l’ancienne opposition) devront y impulser une nouvelle dynamique qui visera à réformer le fonctionnement de cette institution pour stopper toute forme de gaspillage. La lutte contre la gabegie devra prendre racine au cœur du parlement du peuple, puis s’étendre partout où il sera nécessaire (l’Assemblée purement consultative et inutile du Haut Conseil des Collectivités territoriales …).

La gabegie administrative nous coûte très cher. Le président Macky Sall est à la tête d’un État dépensier et gaspilleur. Il faudra y mettre un terme !

À titre d’exemple, l’Assemblée nationale française compte 577 députés pour 6 vice-présidents. L’Assemblée nationale sénégalaise, quant à elle, compte 165 députés pour 8 vice-présidents. L’effectif pléthorique du bureau de l’Assemblée nationale (17 membres) est synonyme de la gabegie de nos institutions. Ce n’est ni justifié ni souhaitable. Nous ne pourrons faire l’économie d’une réduction drastique du train de vie de cette institution symbolique, en proie au gaspillage d’argent public et le clientélisme politique.

Dans la législature précédente, le président Ousmane Sonko avait dénoncé, avec force et éclats, un projet qui prévoyait d’octroyer en catimini 10 millions à chaque député alors que les Finances publiques évoluent sous perfusion … Sonko avait également dénoncé la vaste entreprise de fraude fiscale qui sévissait parmi les députés. Les députés ne payaient pas leurs impôts !!! L’édification d’une ASSEMBLÉE DE RUPTURE passera nécessairement par la fin de ces pratiques criminelles et la sanctuarisation de la transparence dans la gestion des affaires publiques. Nos parlementaires, en qui nous plaçons beaucoup d’espoir, devront s’attacher à rompre définitivement avec toutes les mauvaises pratiques…

Dieynaba SAR
Députée suppléante Yewwi-Wallu Diaspora
Coordinatrice de PASTEF Nouvelle Aquitaine
sardieyna@gmail.com

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Pape Diop et les résultats du Conseil : Déthié Fall réagit !

Article suivant

Suspense autour du 3e mandat : Ces signes qui ont « trahi » Macky Sall

Latest from Actualités